Eric Tabarly : 14 ans déjà

Eric Tabarly © Jonathan Eastland Ajax News / DPPI

web site for cialis

En 1998, ce marin hors pair disparait en mer d’Irlande au large du Pays de Galles dans la nuit du 12 au 13 Juin. Retour sur son parcours exceptionnel et son importante contribution dans l’évolution de la conception des bateaux de course en mer.

Né le 24 Juillet 1931 à Nantes, Eric Tabarly découvre la voile dés 3 ans, sur Annie, le cotre familial de 9m (le cotre est un gréement de bateau à voile qui possède généralement un mât central et au moins deux voiles d’avant). Mais c’est avec le Pen Duick conçu en 1898 par le célèbre architecte William Fifé III, racheté par son père en 1938, que sa passion débute.

Il s’engage dans la marine en 1952 afin de l’entretenir. Il est alors pilote de l’aéronautique navale. Puis, admis en 1958 à l’Ecole Navale, il devient officier de la marine. Le grade le plus haut qu’il atteint dans l’armée est celui de capitaine de vaisseau. En parallèle de cette carrière militaire, il se consacre aux courses nautiques et à la conception de bateaux qui leurs sont dédiées.

En 1967, il reçoit le titre de chevalier de la Légion d’honneur puis celui de commandeur de la Légion d’honneur à titre posthume le 21 Juin 1998.

Les « Pen Duick »

Pen Duick © dlawson

L’histoire de sa passion pour la mer commence véritablement par l’achat de son père d’un vieux voilier conçu en 1898 par l’architecte écossais W. Fifé qui est rebaptisé « pen duick ». Littéralement cela signifie « petite tête noire », le nom désigne en breton la mésange noire. Pen Duick est ainsi son premier voilier puisqu’il le rachète à son père en 1952. Il le restaure et participe avec lui à des régates. C’est à bord de ce bateau qu’il disparaît il y a 12 ans en cherchant à rejoindre l’Ecosse.

A l’aide de deux architectes, Gilles et Marc Constantini, il conçoit le Pen Duick II pour concourir à la transat anglaise en solitaire de 1964. Il la remporte en arrivant le premier à Newport.

En 1966 est construit Pen Duick III à Lorient. C’est son voilier le plus récompensé en course.

Pen Duick IV © Association Eric Tabarly

Vient ensuite Pen Duick IV en 1968. Ce trimaran en aluminium de 20,8m est dessiné par André Allègre. Pour Eric Taberly, le multicoque est l’avenir de la course en mer, mais il est contraint d’abandonner la Transat en 1968. Vendu en 1970 à Alain Colas, le bateau la remporte en 1972 sous son nouveau nom, Manureva. Il disparaît au large des Açores avec Alain Colas à son bord le 16 novembre 1978 lors de la première route du Rhum.

Pen Duick V est conçu en 1969 pour la Transpacifique en solitaire de San Francisco à Tokyo qu’il remporte. Ce sloop (gréement de bateau à voile avec un mât central et une voile d’avant, le foc) préfigure les monocoques de viagra online in spain xenical best place to buy 60 pieds du Vendée Globe Challenge.

En 1973, est construit Pen Duick VI en aluminium. Voilier conçu pour la première course autour du monde en 1973-74, il subit deux démâtages lors de celle-ci mais gagne la Transat en solitaire de 1976.
Eric marque l’architecture marine et utilise pour la conception de ces différents bateaux, ses connaissances en aérodynamique dues à son passé de pilote.

Pour plus, d’information sur les différents bateaux, vous pouvez vous rendre sur le lien suivant du site de l’association Eric Tabarly ou sur celui de la Cité de la voile.

Son palmarès

Eric Tabarly détient de nombreuses victoires grâce à son expérience de la mer et ses bateaux.
Mais, s’il remporte les deux transatlantiques en solitaire en 1964 et 1976 avec un Pen Duick, il établit en 1980 le record de la traversée de l’Atlantique Nord avec le trimaran de 16,50m Paul Ricard, construit en 1979.
Il est également le gagnant de la Transat Jacques-Vabre avec Yves Parlier en 1997.

La poursuite de son engagement

Cité de la voile © Cité de la voile

Douze ans après sa mort, son esprit et sa vision de la voile continuent d’exister au travers de l’association Eric Tabarly et de la Cité de la voile à Lorient.

La première est chargée de favoriser le développement de la culture maritime. Elle maintient en condition de navigabilité et fait naviguer les cinq Pen Duick. Elle vient aussi en aide à la Cité de la Voile d’Eric Tabarly.

Cette dernière, présente autour d’une exposition permanente et d’une exposition temporaire, la découverte de la navigation à voile selon le célèbre marin. Ce musée situé à Lorient dans le Morbihan en Bretagne Sud, expose des films, des reconstitutions et des simulations. Créée par la décision commune en 1999 de Cap Lorient, communauté d’agglomération du pays de Lorient, et de l’association Eric Tabarly, la Cité de la voile est aussi le point d’ancrage des cinq Pen Duick.

Pionnier dans le développement des multicoques, Eric Tabarly marque l’architecture navale des bateaux de course. Mais, grâce à ses nombreuses victoires et son engagement, il inspire toute une génération de coureurs comme Olivier De Kersauson ou Michel Desjoyeaux.
L’association Eric Tabarly et la Cité de la voile sont aujourd’hui chargées de poursuivre son investissement dans le monde marin.

Vous pouvez poursuivre la découverte d’Eric Tabarly sur le site de l’association Eric Tabarly ou sur celui de la Cité de la Voile.

Catégories : Personnalités

1 commentaire